Chaussée romaine

De Wiki Villers-la-Ville.

Le sud-est de la commune est limité par la Chaussée romaine qui trace la limite entre Marbais et Brye.

Sommaire

[modifier] Une chaussée romaine

De quelle chaussée s'agit-il ?

Il s'agit d'une des grandes voies romaines du nord de la Gaule qui traverse la Gaule Belgica des ports de l'ouest vers la Germania. Plus précisément, il s'agit de la chaussée de Bavay, capitale des Nerviens (Bagacum Nervorum), à Cologne, capitale de la Germanie inférieure (Colonia Claudia Ara Agrippinensium) en passant par Tongres (Atuatuca Tungrorum). C’est aussi une des sept Chaussées Brunehaut rayonnant autour de Bavay. Elle fut maintenue en état par les Romains du Ier au IVème siècle de notre ère.

[modifier] Le parcours global

Bavay est à 235 kilomètres à vol d’oiseau de Cologne. À mi-parcours, se trouve Tongres, capitale de la tribu des Eburons et futur évêché. L’axe routier partant de Bavay prend clairement la direction de Tongres, pas de Cologne. Seule la première moitié du parcours de Bavay vers Tongres est rectiligne, et après Tongres jusque Masstricht. De même, seule une grosse moitié du parcours de Cologne vers Tongres est tracée d’un seul trait: de Cologne à Juliers. Entre les deux, les romains évitaient systématiquement les marécages et prenaient les crêtes.

[modifier] Les étapes du parcours

Le parcours de la voie romaine a été identifié sur certains tronçons. Ces tronçons sont appelés vicus. le terme désigne en Gaule, à l'époque gallo-romaine une entité politique et judiciaire qui a ses propres institutions et ses propres magistrats. Un vicus avait souvent pour origine un village gaulois d'avant la conquête.

Le vicus qui nous intéresse est le Vicus Geminiacum. Geminiacum avait d’abord été rapporté à Gembloux. Les sites de Liberchies, Brunehaut et Les Bons Villers, repérés dès le milieu du XIXe siècle, et fouillés systématiquement depuis 1956, sont aujourd’hui reconnus comme les vestiges de ce vicus Geminiacum.

Du sud-ouest vers le nord-est:

  1. Villers-Perwin: perdue canal → limite de parcelles → « Chaussée de Brunehault » → chemin agricole → « Chemin du Vicus » → « Rue de la Couronne » → chemin agricole → « Rue de Chassart » →
  2. Marbais
  3. Chassart (Fleurus) « Chaussée Romaine » → perdue (Éts. Chassart) → « Rue de l’Étang » → chemin agricole →
  4. Sombreffe « Chaussée Romaine » →
  5. Chastre
  6. Gembloux

[modifier] Une route stratégique

La chaussée est une voie stratégique pour le nord de la Gaule. Elle met en contact les villes militaires de Germanie avec les cités des peuplades belges et les îles britanniques. Elle fut construite vers 25 avant Jésus-Christ par Marcus Agrippa (d'où son nom pour les archéologues de via Agrippiensis), un des lieutenant de Jules César.

[modifier] La chaussée Brunehau(l)t

Sept chaussées romaines partant de Bavay portent le nom de chaussée de Brunehau(l)t (avec ou sans le l). Brunehault (534-613) est fille d'Athanagilde, roi Wisigoth d'Espagne et a épousé Sigesbert, roi d'Austrasie (royaume mérovingien couvrant le nord-est de la France et nos régions). Elle aurait fait restaurer les 7 voies romaines qui portent aujourd'hui son nom sur certaines parties de leur tronçon.

sympathique itinéraire de promenade

Sur la droite de la photo, nous voyons la rue de Chassart à la limite entre Brye et Marbais vers l'entrée des établissements Chassart. Il s'agit d'un tronçon de la voie romaine
La voie romaine qui quitte Marbais à l'angle sud-est de la Chaussée de Chassart - près de la station de pompage - en direction de Bavay
Les chaussées romaines en Germanie inférieure
Partie de la Table de Peutinger montrant les voies romaines sur le territoire actuel de la France, la Belgique et l'Allemagne
Outils personnels
Villers-la-Ville
Territoire et nature: