Histoire de Mellery

De Wiki Villers-la-Ville.

Sommaire

[modifier] De l'Antiquité au Moyen Age

Il semblerait que Mellery ait été occupé durant l'Antiquité. Des monnaies romaines ont été trouvées dans le coin et plus tard, on parle de villa ce qui ferait référence à un ancien domaine agricole romain. On n'est de toute façon pas loin de la Chaussée romaine qui traverse Marbais.

Du temps où Mellery s'appelait encore "Heis", du nom du bois qui entourait Villers à l'époque, quelques particuliers se sont mis à défricher dans la zone de Mellery. Peu après l'an Mil, le prince-évèque de Liège, Baldéric II (Prince-évèque de 1008 à 1018) leur demande de payer la dîme à l'abbaye de Gembloux. On parle également à l'époque d'une petite église bâtie à Heis (in villa Malenriu, quae etiam Heis dicitur, a contigua silva quae ita nominatur[1]) déjà dédiée à Saint Laurent qui donc dépendrait de l'abbaye de Gembloux. Cette église, trop exigüe et menaçant de tomber en ruine, fut reconstruite par l'abbaye de Gembloux et Wolbodon, successeur de Baldéric II, confirme par écrit (un diplôme de 1018) la possession de l'abbaye. L'abbaye avait haute et moyenne justice sur Mellery (crime punissables de mort pour la première, autres délits et affaires de succession, tutorat, etc. pour la seconde), ne laissant au Duc de Brabant que la basse justice (taille - impôt, corvées - jours de travail - et host - armée).

[modifier] La Période contemporaine

On peut déjà voir le village de Mellery (Melioreux) bien développé en 1777 avec les hameaux de Basse et Haute Heuval respectivement au Nord-Ouest et au Nord. Extrait de la carte Ferraris de 1777

En 1559, l’église de Mellery fut rattachée au doyenné de Genappe.

Sous l'abbé Henrion de Villers (entre 1587 et 1620), un échange de terres est fait entre l'abbaye de Gembloux et l'abbaye de Villers et Mellery passe sous la juridiction de cette dernière.

L'église fut reconstruite en 1776 après les violences de la période autrichienne.

Durant la Révolution française, par un arrêté du 14 Fructidor an III (31 août 1795) le village de Mellery est rattaché à Genappe devenu canton. Les français installent une brigade de gendarmerie dans le presbytère. Lors du Concordat (1801 - réorganisation de l'Eglise française), ce dernier élément fait perdre à l'église de Mellery sa primauté sur celle de Tilly (qui est à l'époque un plus petit village) et l'église de Mellery. Celle-ci était desservie par un moine de l'abbaye de Villers.

En l'an IV (1796), Mellery devient un canton mais perd sa justice de paix quelques années plus tard (1802).


Lors de l'abandon de l'abbaye en 1796, le sous-prieur s'installe à Mellery (rue de Thébais). Il aurait pris avec lui des pierres de l'abbaye pour construire une partie de sa maison.

En juin 1815, au soir du 18 juin (bataille dite "de Waterloo"), le commandant prussien Georg von Pirch dit Pirch Ier, commandant du 2e corps prussien quitte Plancenoit à la tête de 8 escadrons de hussards et de deux divisions d'infanterie. Il est censé harceler les français dans leur retraite mais passant par Maransart puis Bousval, il s'arrête le 19 juin à Mellery où il établit son bivouac. Ses troupes de reconnaissance avaient découvert des troupes française à Mont-Saint-Guibert mais Pirch I ne bouge pas. Il laisse s'échapper Grouchy qui passe à quelques lieues de lui et ne se remet en marche vers Sombreffe, en quittant son bivouac de Mellery que le 20 juin après 5 heures du matin.[2].

Une école (dont le bâtiments sont encore visibles aujourd'hui) est construite en 1842 par la commune.

Citons une famille célèbre de Mellery, la famille Pinchart qui donnera un abbé à l'abbaye de Villers (Antoine de Pinchart (1697-1705)) et un notaire qui fera construire la villa de Theubais en 1848 sur des plans de l'architecte H. Bernard. Future propriété de la famille Boël et future demeure de la baronne Sybille de Selys Longchamps...

[modifier] Notes et références

[modifier] Notes

  1. dans la villa de Malenriu, qui était appelé Heis, d'après le nom de la forêt qui l'entoure.
  2. J.B. Charras, Histoire de la campagne de 1815, Volume 1, p. 438-439.
Outils personnels
Villers-la-Ville
Territoire et nature: