La Thyle

De Wiki Villers-la-Ville.
Aux sources de la Thyle, près de la ferme au Bois aux confins de Sart

[modifier] Parcours

La Thyle prend sa source à Sart-Dames-Avelines du côté de la ferme du Bois, près du lieu-dit Les Galochis (elle avait sa source à une fontaine appelée fontaine du Tonnelier). Elle coule sur près de 4km à travers Sart.

Sur Sart-Dames-Avelines, elle reçoit le ri du Pûjon (rive gauche), le ruisseau du Pré des Saules (rive gauche). Deux stations de pompages sont situées sur son cours.

Elle marque un moment la séparation entre Sart et Marbais avant de marquer la limite entre Marbais et Villers et d'arriver à Villers-la-Ville, par l'ouest, au pied du Châtelet dont elle activait le moulin. Elle s'oriente vers le Nord-Est, et longe ensuite la rue principale.

Avant d'arriver au Châtelet, elle récupère l'eau du Pigeolet (rive gauche) et dans Villers, elle récupère les eaux du Ri du Gentissart (rive droite) et du Ri Goddiarch (rive droite) avant de plonger sous l'abbaye. Après un parcours total de près de 16 km à travers Tangissart et Faux, elle se jette dans la Dyle dans le parc du château de Court-Saint-Etienne.

La Thyle à l'entrée de Villers-la-Ville
Petit barrage juste avant le moulin d'Hollers
Ferme du moulin d'Hollers


[modifier] Histoire

Dans son histoire, son parcours fut jalonné de moulins (à Sart et à Villers dont le moulin d'Hollers). Les moines de l'abbaye l'avaient canalisée et l'utilisaient pour leurs moulins et pour leur brasserie.

Le nom signifierait eau qui a la couleur du purin.

[modifier] Petite histoire

La rivière de l'Abbaye de Villers la Ville

Des explorateurs de lieux insolites se sont "promenés" sous l'abbaye:

voici leur récit:

"Il s'agit de la partie souterraine de la Thyle sous l'Abbaye de Villers la Ville. Il y a un ancien réseau de rivière couverte dont les voutes datent du 13ème siècle. Si le début est aisé car il y a 30 centimètres d'eau, la fin est plus difficile, il faut s'immerger dans un mélange d'eau et de boue jusqu'au cou.

Sous les yeux de touristes curieux, nous nous engouffrons dans une galerie un peu vaseuse, en faisant fuir avec grandes protestations quelques canards à moitié endormis. Très vite, le niveau d'eau monte. Avancer se fait sans grandes difficultés, c'est juste embêtant d'être empêtré dans une vase bien collante. Les sorties de tunnels sont toujours difficiles. A cause des courants en forme de tourbillons, il y a toujours -ou presque- des fosses remplies de vases dangereuses. Cela aura empêché la traversée, à quelques mètres près. Il faut bien préciser que la visite en bateau n'a pas été possible à cause de la voute trop basse à la fin du tunnel.

Le réseau souterrain est joli, c'est une rivière qui zigzague un peu, la couverture est faite en vieilles briques et en pierres de taille (pierre du pays de Villers). On retrouve de temps à autre des micro-affluents qui viennent se jeter dans la Thyle. Des puits de lumière donnent parfois de beaux effets. Au niveau de l'activité monastique, nous n'aurons retrouvé bien évidemment aucune trace."

La Thyle passe sous l'Abbaye de Villers
La Thyle passe sous l'Abbaye de Villers, on peut voir la prison sur la droite du cliché
avec l'aimable autorisation de Vincent Duseigne
avec l'aimable autorisation de Vincent Duseigne
sous la porterie - avec l'aimable autorisation de Vincent Duseigne
Outils personnels
Villers-la-Ville
Territoire et nature: