Les abbayes-filles de Villers-en-Brabant

De Wiki Villers-la-Ville.

[modifier] Les créations d'abbayes cisterciennes

L'Ordre de Cîteaux prévoit dans ses constitutions une filiation des abbayes.

Dans les années 1120, les nouveaux venus, intégrés dans des établissements géographiquement distants, reçevaient des formations propres à la maison qui les accueille. Pour favoriser la cohésion, éviter les discordes et fonder des relations organiques entre les monastères, dès 1114, Étienne Harding, abbé de Cîteaux, rédige une Charte d'unanimité et de charité. Cette charte, document juridique, règle le contrôle et la continuité de l'administration de chaque maison, […] définit les rapports des maisons entre elles et assure l'unité de l'ordre. Elle est complétée jusqu'en 1119, puis, au vu de nouvelles difficultés, remaniée vers 1170 pour donner naissance à la Charte de charité postérieure.

Par son esprit, elle se détache du modèle clunisien de la familia hiérarchisée en offrant une large autonomie à chaque monastère. Cîteaux reste l'autorité spirituelle gardienne de l'observance de la sainte règle.

Chaque monastère, selon le principe de charité, doit secours aux fondations les plus démunies, les abbayes mères assurant le contrôle et l'élection des abbés au sein des abbayes filles. L'abbé de Cîteaux garde, par ses conseils et dans ses visites, une autorité supérieure. Chaque abbé doit se rendre chaque année à Cîteaux pour le Chapitre général, organe suprême de gouvernement et de justice, autour de la fête de la Sainte Croix (14 septembre), à la suite desquels des statuts étaient promulgués.

La fondation d'une nouvelle abbaye se fait donc par l'envoi, à partir de l'abbaye-mère, d'un abbé et de douze moines (plus éventuellement des convers) pour fonder l'abbaye-fille. En ce qui concerne les abbayes de moniales, l'envoi se limite à deux prêtres.

Certains abbés de Villers ont refusé de prendre l'autorité spirituelle de certaines congrégations (notamment de moniales dont ils avaient beaucoup de demandes) car, au XVIIème siècle, une vingtaine de moines étaient détachés à cette tâche. Au XVIème siècle, l'abbé Walter de Assche, refusa la paternité de 8 congrégations féminines des environs de Liège pour ces raisons.

L'abbaye de Villers est une fille de l'abbaye de Clairvaux fondée par Saint-Bernard.

[modifier] Les abbayes-filles de Villers-en-Brabant

L'abbaye cistercienne de Villers (Villers-en-Brabant), abbaye-fille de l'abbaye de Clairvaux est elle-même abbaye-mère de plusieurs abbayes:

Abbayes de moines:

Abbayes de moniales:

Abbayes sous contrôle de Villers:

Autres institutions:



Abbaye - Histoire de l'abbaye - Les domaines de l'abbaye de Villers - Chronologie des abbés de Villers - Les abbayes-filles de Villers-en-Brabant


Les Abbayes-Filles de Villers :

Moines : L'abbaye de Grandpré - L'abbaye de Saint-Bernard-sur-l'Escaut - L'abbaye de Moulins-Warnant

Moniales : L'abbaye de la Cambre - L'abbaye de Valduc - L'abbaye de Binderen - L'abbaye de Wauthier-Braine - L'abbaye d'Argenton - L'abbaye de Florival

Outils personnels
Villers-la-Ville
Territoire et nature: